<


Epilation par laser diode médical

Laser ou IPL, quelle différence ?


A la différence des machines à lumière pulsée, nous utilisons un véritable laser dépilatoire 808 nm: plus efficace et moins de séances !


La lumière pulsée (lampes flash, IPL) : Les lampes flash ou IPL produisent de la lumière « classique » (comme une grosse ampoule) mais de façon un peu plus vive, d’où le mot « Flash » ou « Pulsée ».


La lumière pulsée est un mélange de plusieurs couleurs, elle est dite poly-chromatique. Son spectre est large, le faisceau lumineux va dans différentes directions et à différentes longueurs d’ondes, il est donc moins concentré en énergie et moins précis que le Laser. Cette lumière présente cependant un risque de brulure pour les cellules et tissus environnant le bulbe pilleux. Une lampe flash IPL ne peut pas prétendre épiler tous les phototypes contrairement au Laser. Les peaux bronzées à noires doivent éviter cette technique compte tenu des risques de brûlure importants.


La phase dite "anagène" est la phase de la croissance du poil. La phase anagène est aussi appelée "jeunesse", c'est là que la racine est la plus grosse et la plus concentrée en pigment noir (la mélanine).


En phase anagène le traitement au laser va atteindre et détruire le bulbe du poil via sa tige en suivant le canal de mélanine et éradiquer alors le poil.


Combien de séances sont-elle nécessaires avec un laser ?


Les lasers les plus efficaces sont les diodes 808 nm. Les autres longueurs d’ondes mises  en avant ne sont que du marketing.  Pour une même zone corporelle j’ai des clientes qui vont avoir des résultats spectaculaires en 4 séances et d’autre en 8 ou 12 selon divers facteurs spécifiques personnels. Les aisselles sont plus faciles à éradiquer la pilosité  que le maillot intégral.

 

La durée de traitement de l’épilation laser dépend de nombreux facteurs personnels comme:

    votre cycle pilaire de la zone à traiter (le poil doit être dans sa phase anagène, c'est-a-dire au début de son cycle de vie)
    votre phototype et la couleur du poil (une peau claire et un poil foncé est une situation idéale)
    votre cycle hormonal qui peut influencer votre cycle pilaire
    le type et la nature du poil
    les caractéristiques d’une personne comme son âge, son poids, son sexe, son métabolisme, ses origines, ses hormones…

 certains facteurs extérieurs influencent également son cycle comme les aliments que nous consommons, les médicaments que non prenons et l’environnement dans lequel nous vivons.

La durée de ce cycle pilaire est asynchrone et varie en fonction des zones:

    6 à 7 mois pour la lèvre supérieure du visage
    9 mois pour les avant-bras
    15 mois pour le menton
    16 mois pour les jambes
    18 mois pour le maillot et les aisselles
    de 2 à 6 ans pour les cheveux, ce qui explique la finesse des poils selon leur durée de cycle dans ces zones

Nous prévoyons généralement 6 semaines entre les épilations en raison du cycle de pousse du poil (les poils ne "naissent" pas en même temps !)
Selon les personnes, il faudra compter entre 6  et 12 séances selon la zone à épiler et les divers facteurs qui vous sont spécifiques.

Pendant le traitement, vous pouvez utiliser rasoir et crème dépilatoire, mais vous ne devez en aucun cas arracher le poil à la cire, à la pince ou à l’épilateur électrique.


Promettre une épilation définitive pour toutes en 4 séances (soit dans un laps de temps de 6 mois) est une utopie quand on connait la période de phase anagène du poil en fonction de la zone.


Les poils ont tous le même cycle de vie, mais ne vivent pas les mêmes phases de cycle au même moment. Cette phase anagène dure de 3 semaines à 3 mois, selon la zone.  À un moment donné, environ 15 à 20% de vos poils sont dans cette phase.

En tenant compte que seulement 15 à 20% des poils sont dans la phase anagène lors d’une séance, cela signifie que 80 à 85% des poils ne seront pas atteignables par le laser à la première séance et donc seront encore en croissance ! C’est pourquoi les instituts professionnels vous conseilleront au minimum 6 séances pour une épilation laser définitive, échelonnées sur 10 à 18 mois.


Méfiez-vous des centres qui vous promettent moins de séances car cela ne serait pas suffisant pour atteindre tous les poils en phase anagène !


Notre Centre Esthétique propose des abonnements de 12 séances aux clientes et tant mieux si elles sont débarrassées de leur pilosité en moins de séances mais pas de déception et de frais supplémentaires pour elles si on leur promet un résultat en 4  séances mais que finalement il en faut 6 ou 10 ou 12…


Poils incarnés et rasage ?


Fréquents après le rasage ou l'épilation à la cire, ils sont visibles à la surface de la peau, ils émergent de leur follicule mais continuent de pousser sous la peau déviant donc de leur trajet normal (hors de la peau). Ils sont généralement cause d'inflammation voire d'infection : folliculite, abcès, etc.


De nombreuses femmes en sont victimes dans la zone du maillot suite aux rasages ou épilations à la cire. Une épilation définitive au laser est la seule solution pour éviter les poils incarnés et ses complications.


Efficacité ?


Etant donné que certaines phases du cycle pilaire sont plus longues que d'autres, plusieurs séances d'épilation laser seront préconnisées afin de cibler le plus de poils sur la zone à traiter et donner de meilleurs résultats au traitement laser. Pour les quelques poils récalcitrants, on pourra procéder à quelques séances d’entretien (1 ou 2 fois par an) pour en venir à bout et traiter les éventuels nouveaux poils qui pourraient pousser suite à des changements hormonaux et la formation de nouveaux follicules qui n’auraient pas été traités.


Trois femmes sur quatre s'épilent le maillot.


Enquête réalisée auprès de 1 200 femmes et de 200 gynécologues, 58% des femmes disent s’épiler principalement par hygiène et 42% pour une raison esthétique. Sondage Opinion Way du 24/01/2020.

Lorsque vous allez  vous faire épiler le maillot pour la première fois, ça peut être assez stressant.


Rassurez-vous, nos professionnels voient passer des dizaines de clientes tous les mois et la zone du maillot est une zone de soins comme toutes les autres zones du corps.


Pour nous, un corps, c’est vraiment une surface de travail. On fait abstraction de tout et on est en mode travail.


Nous vous expliquons chaque action et vous serez directement mise à l'aise et en confiance.


Nous sommes des professionnels soumis au secret professionnel et à la déontologie de notre profession. Nous pratiquons des épilations de cette zone sur de nombreuses clientes et la zone du maillot est une zone de soins comme toutes les autres zones du corps. Il n’y a rien de gênant pour la cliente comme pour le personnel.


D'abord le soin se fait dans une cabine propice à l'intimité du soin. Vous serez simplement allongée sur le dos sur la table, le torse un peu relevé et les jambes  tendues  naturellement (vous n'êtes pas chez le gynécologue). Une serviette recouvre votre zone intime.  Nous commençons l'épilation intégrale par la zone la moins intime qui est le triangle du pubis. La zone plus intime reste couverte.  Ensuite, pour l'épilation des lèvres c'est vous même qui allez tendre les tissus cutanés pour permettre le passage du spot laser. Nous procédons d'un côté et ensuite de l'autre. C'est donc vous qui gérez du début à la fin et qui dégagez à votre guise les parties de votre intimité.

Épilation du visage

 

Le visage a un cycle pilaire plus court que celui du corps : environ six mois, contre un an à un an et demi. Ce qui est une bonne nouvelle quand on envisage une épilation permanente au laser ou définitive (électrique), car le traitement prend moins de temps. En revanche, si on souhaite avoir recours à des méthodes plus « classiques», comme la cire ou la pince à épiler, prudence !

 

Le visage est une zone où la pilosité est en grande partie hormono-dépendante : cela signifie que lorsqu’on arrache un poil, on stimule toute la zone autour, même le duvet, qui peut alors se transformer en poil intermédiaire…

 

Les sourcils

 

Les sourcils protègent la zone du regard (ils font barrière à la pluie, la sueur…) et véhiculent des sentiments comme la colère ou l’étonnement (des situations où on les fronce). Quand on a un mono-sourcil ou si les poils sont situés sur le front, ceux-là, ils ne servent à rien !

 

Opération dépilation du mono-sourcils. Toute cette zone mono-sourcils est « calme », c’est-à-dire qu’elle n’est pas hormono-dépendante. Concrètement, cela signifie qu’arracher le poil ne le stimule pas, donc on ne risque pas d’en voir repousser plus. Si on en a peu à enlever, on peut utiliser la pince à épiler. Le laser est conseillé si on en a beaucoup, à raison de six à sept séances. Attention tout de même à ne pas trop épiler le sourcil car il s’appauvrit rapidement et, à terme, on peut se retrouver avec des zones clairsemées nécessitant une restructuration par maquillage permanent microblading.

 

Les joues de loup-garou


 À l’origine, il y a juste du duvet qui protège la joue. Pour les médecins esthétiques, il s’agit d’une zone «maudite » : la pommette haute est extrêmement stimulable. Ainsi, le duvet arraché devient rapidement un poil intermédiaire, toujours plus épais et plus pigmenté.

Opération dépilation. Quelle que soit la méthode utilisée, on est sûr de stimuler le poil (et donc de le rendre plus épais et plus noir à la repousse). Lorsqu’il est au stade de duvet ou intermédiaire, pas question de l’épiler. La meilleure option reste l’utilisation d’une crème à base d’éflornithine (sur ordonnance), appelée Vaniqa : cette molécule bloque l’enzyme qui active la testostérone, ce qui ralentit de fait la repousse du poil. Il faut deux mois pour voir les premiers résultats, à raison de deux applications par jour. Mais si le poil est au stade terminal, le médecin peut conseiller des séances de laser, puis d’épilation électrique.


Longs et fins, ce sont des hybrides : pas vraiment des poils ni des cheveux. Et leur couleur dépend de celle de la chevelure.

Opération dépilation. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont sur une zone calme, donc le fait de les épiler ne les stimule pas. Au laser, le traitement est long car ces poils ont un cycle de vie qui dure entre deux et six ans. Si on veut les éliminer de manière permanente, il faut compter deux ans de traitement, à raison de quatre ou cinq séances de laser par an. Mais comme toujours, le laser ne fonctionne que sur les poils bien pigmentés : s’ils sont blonds, c’est impossible. Dans ce cas, on est obligée de choisir l’épilation électrique.


La lèvre supérieure


Le duvet de la lèvre supérieure, que presque toutes les femmes possèdent, sert à protéger la bouche. Quasi invisible à la base, il passe au stade intermédiaire (voire terminal) au fur et à mesure des épilations à la cire ou à la pince.

Opération dépilation. Comme la zone est relativement calme, le laser est recommandé : en général, quatre séances espacées de trois semaines sur un poil terminal permettent de l’éradiquer.


Les poils qui dépassent du nez


En voilà qui ont un vrai rôle : les poils de l’intérieur du nez servent à filtrer les odeurs et la poussière. Sauf que… quand ils dépassent de la narine, ce n’est pas très joli.

Opération dépilation. Pas question de se débarrasser de tous les poils, ils sont trop utiles. On peut retirer à la pince ceux qui sont au bord des narines, mais ça fait mal. La meilleure option : la cire ou la tondeuse (il en existe des mini, spéciales pour le nez et les oreilles, souvent au rayon hommes).


Les joues qui piquent


Également appelée « ligne mandibulaire », la zone de la mâchoire correspond à la barbe de l’homme. Pas de doute : elle est très dépendante des hormones, donc facilement stimulée. De très nombreuses femmes ont des poils (généralement au stade de duvet) à cet endroit.

Opération dépilation. S’il s’agit d’un duvet ou même de quelques poils en phase intermédiaire, le médecin n’y touche pas et prescrit la crème Vaniqa. Si on a beaucoup de poils terminaux, on peut faire trois ou quatre séances de laser, puis des séances d’épilation électrique, dont le nombre est à déterminer avec le médecin selon la repousse du poil.

 

La barbichette de mamie


Tout comme ceux de la mâchoire, les poils du menton correspondent à la barbe de l’homme. Attention : tant qu’on peut, on ne touche pas à cette zone hormono-dépendante.

Opération dépilation. Si on n’a qu’un duvet, on le traite avec la crème Vaniqa. Juste un poil ou deux ? On peut éventuellement les retirer avec une pince à épiler, à condition de refroidir la zone avec un glaçon juste avant, pour éviter de la stimuler. Si on en a beaucoup, la meilleure option est encore une fois le laser, avec des séances assez rapprochées, dont le nombre varie en fonction des personnes.


Merci au Dr Catherine de Goursac, médecin esthétique, auteure de T’as bonne mine ce matin !, Éd. Josette Lyon.

Lasers de qualité médicale:


Nos lasers sont équipés par DILAS Allemagne qui fabrique des composants et des systèmes lasers médicaux à diode haute puissance dans une large gamme de

puissances de sortie et de longueurs d'onde. Les produits vont des composants à barre unique et des sous-ensembles à barres multiples aux modules laser à diode couplés par fibre haute luminosité et aux systèmes laser à diode haute puissance.


La certification ISO de DILAS démontre la compatibilité avec un ensemble international de normes de qualité et d'amélioration continue régulièrement examinées par des audits internes et externes. DILAS Diodenlaser GmbH Galileo-Galilei-Strasse 10 55129 Mainz Allemagne. Notre matériel est de norme "CE" et répond à toutes les exigences de chacune des directives qui lui sont applicables.